Dans l’antre du Gévaudan se raconte une drôle d’histoire d’artisons …

L’histoire se situe en Auvergne, sur cette terre sauvage, où légendes et drôles de bêtes rôdent.

Un soir d’hiver, par un vent glacial, dans un petit village perdu entre Le Puy en Velay et Saugues, ils arrivèrent par dizaine, par centaine …

Ils s’étaient regroupés au pied d’un cylindre, de 10 par 5 de large selon la norme autorisée. Ils faisaient un bruit assourdissant avec leurs mandibules et pourtant ils n’avaient pas encore attaqué.

Que cherchaient-ils ? Que voulaient-ils dérober dans ce petit village qui ne vivait que de l’agriculture et de l’élevage bovins ?

Ninon entra dans la cuisine, car elle avait un petit creux. Elle s’était levée discrètement pour ne pas réveiller ses parents. Elle était en train de faire l’inventaire des restes dans le frigo, quand elle entendit LE BRUIT !

Elle se trouvait à proximité de cette armée de guerriers de taille microscopique. Leur apparence était répugnante avec huit pattes et quelques poils éparpillés çà et là sur une peau totalement lisse. Leurs yeux étaient injectés de sang et rivés sur la tour. Ninon se souvint des conversations récentes de ses parents sur ces « artisans » un peu particuliers.

L’attaque des artisons

Soudain le signal fût lancé, en l’espace d’une seconde ils se jetèrent sur leur proie et commencèrent à dévorer tout sur leur passage, ils sculptaient totalement le cylindre, se nourrissaient de sa moisissure, c’était une vision d’horreur pour la petite Ninon.

Elle ne pouvait pas hurler sinon cela détournerait leur regard et peut-être s’en prendraient-ils à elle également … un bruit sourd sortit de son estomac, la faim la tenaillait … Non elle ne pouvait raisonnablement pas quitter la pièce en baissant les bras. Elle prit son courage à deux mains et attrapa en un éclair le couteau sur l’établi.

Bien décidée à défendre les lieux, elle s’apprêtait à se jeter sur l’armée d’artisons, quand …

« Malheur ma fille, STOP ne fais pas ça ! »

Son père venait de faire irruption dans la cuisine, il était de mèche avec eux. Ninon était perdu pourquoi son père voulait-il sauver cette bande de sauvage, en faisait-il également parti ?

Un goût unique

« Mais Papa, j’ai trop faim je ne peux pas laisser cette bande d’acariens salir mon fromage ! – répondit Ninon

– Je sais que c’est dur à comprendre pour une enfant de ton âge, répondit tendrement son père. Mais je vais te raconter une histoire.

Tu sais ces acariens comme tu les appelles sont des Artisons. On les appelle comme cela parce qu’ils travaillent beaucoup en se nourrissant de la moisissure qui se trouve sur ce fromage et c’est ce qui donne le caractère unique de cette tome, sa croûte, son goût de paille, sa texture crayeuse. C’est un savoir-faire qu’on ne trouve que dans notre région et il faut le préserver. Patiente encore quelques semaines et tu pourras enfin déguster cette délicieuse Tome aux Artisons.

imageIMG_1203

Vous avez aimé cette histoire d’artisons, alors n’hésitez pas à là lire à vos enfants, qui sait vous leur donnerez peut-être le goût des bons fromages d’Auvergne. Bientôt sur vos plateaux de fromages j’espère!

 

Facebook Comments
Partager :